Quand peut-on demander un VSL

Pour vos déplacements médicaux, le médecin peut vous prescrire un taxi VSL dans le cas où il vous juge inapte à prendre les transports en commun et encore moins conduire votre propre véhicule. Découvrez donc quand vous pouvez demander un VSL.

Qui peut demander un VSL ?

Si votre médecin juge que votre état de santé vous rend inapte à vous déplacer seul ou à prendre un transport en commun, il vous prescrira un bon de transport VSL. Dans ce cas-là, il est possible que les frais de déplacement soient pris en charge par l’Assurance Maladie. Dans certaines situations, il est indispensable d’obtenir un accord préalable.

Prescription médicale

Ainsi, votre médecin ou autre professionnel de santé va vous prescrire un transport médical dans les cas suivants :

  • Hospitalisation : entrée, sortie ou transfert à partir d’un autre établissement de santé. Le seul critère qui va être pris en compte sera votre état de santé et votre capacité à vous déplacer seul.
  • Convocation par un docteur : pour des contrôles de routines ou autres soins
  • Traitement ambulatoire : une chimiothérapie, cobalthérapie ou encore une radiothérapie
  • Examen et traitement médical lié à un accident ou maladie de travail qui dure depuis plus de 6 mois
  • Affection de longue durée

Conditions nécessitant un accord préalable CPAM

Dans la majorité des cas, il ne faut pas plus que la prescription de votre docteur pour obtenir un VSL. Toutefois, il existe des exceptions comme dans les cas suivants qui requièrent l’obtention d’un accord préalable auprès de la CPAM :

  • Pour les enfants de moins de 16 qui a besoin d’effectuer des soins dans un centre d’aide médico-sociale précoce
  • Pour les trajets de plus de 150 km
  • Si le patient doit effectuer 4 trajets de 50 km dans une période de 2 mois pour le même traitement

Quand la prescription médicale de transport doit-elle être établie ?

Le PMT est obligatoire et indispensable pour obtenir une prise en charge des frais de transport, que ce soit en totalité ou partiellement. Le document doit contenir les informations du patient, notamment : son nom et prénom, sa destination, la situation et le motif médical de déplacement, ainsi que la date de l’intervention. Le type de transport prescrit est également marqué sur le document.

Si le docteur prescrit un VSL, le patient ne peut pas le changer et ne peut pas faire appel à un autre type de transport médical. L’exception réside dans le cout du transport choisi. S’il trouve un autre véhicule sanitaire moins cher, il a la possibilité de le choisir, mais avec l’accord de la CPAM. Cependant, il est toujours préférable de respecter les conseils du médecin, car il connait le mieux ce qui vous convient.

Si un accord préalable est requis, vous devez obtenir une réponse positive de la CPAM avant de contacter une compagnie de VSL. Si cela n’est pas nécessaire, vous devez obtenir votre bon de transport avant le jour ou au plus tard le jour même nécessitant le transport sanitaire.

Category: Bon à savoir