Comment reconnaître un taxi conventionné

Parfois, le médecin traitant interdit à un patient de conduire pour des raisons de santé. Ce qui est un véritable problème pour les personnes qui vivent seules ou qui n’ont pas d’accompagnateur, car ce dernier n’est pas disponible à cause de son travail. Heureusement, depuis 2009, la Sécurité sociale rembourse le déplacement des malades même si le moyen de locomotion n’est pas une ambulance, mais sous certaines conditions. Ainsi, si vous êtes dans une telle situation, vous pouvez faire appel à un taxi conventionné afin de faciliter votre déplacement. De quoi s’agit-il exactement ?

Qu’est-ce qu’un taxi conventionné ?

Les taxis conventionnés sont des véhicules bénéficiant de l’agrément de l’Assurance maladie. Il s’agit d’un service associé à cette dernière, dédié aux transports des patients et dont les frais sont remboursés par la Sécurité sociale. De ce fait, ils sont différents des taxis classiques. Généralement, leurs trajets s’effectuent entre le domicile du patient et sa structure de soins.

Faciles à reconnaître, ils arborent un autocollant bleu sur une vitre latérale en arrière. Il y est inscrit « Taxi conventionné : organisme d’Assurance Maladie ». Il est donc indispensable de vérifier la présence de cette petite vignette afin que l’Assurance maladie puisse payer une partie ou la totalité de vos frais.

Le taxi conventionné ne transporte que les personnes munies d’un bon ou prescription médicale délivrée par leurs médecins traitants. Ces derniers estiment que ce type de véhicule est le plus adapté pour leur déplacement sanitaire. Il faut aussi une attestation délivrée par la Sécurité sociale. Cette ordonnance renferme des informations sur le type de soins dont le patient a besoin ainsi que le nombre des déplacements qu’il doit faire pour son traitement, sans oublier les dates et la durée.

Qui peut bénéficier d’un taxi conventionné ?

Le taxi conventionné est destiné aux personnes dont l’état de santé ne permet pas de conduire leur voiture ou de prendre les transports en commun. Mais ces véhicules peuvent bien évidemment faire des courses individuelles. Les femmes enceintes à 6 mois de grossesse ou encore les personnes ayant subi un accident de travail font partie des bénéficiaires de ce service de l’Assurance maladie.

Ce bon de transport en taxi conventionné est aussi destiné aux nouveau-nés de moins de 30 jours qui doivent se faire hospitaliser et les malades qui doivent être admis à l’hôpital. Enfin, les patients devant se rendre à des contrôles à l’hôpital peuvent aussi se déplacer en taxi conventionné. Dans tous les cas, il faut toujours se munir d’un bon de transport.

Où trouver un taxi conventionné ?

Trouver un taxi conventionné n’est pas très difficile. Pour ce faire, vous pouvez demander des renseignements auprès des ambulanciers près de chez vous ou dans votre structure de soin. Souvent, ces services proposent des transports assis professionnalisés que vous pouvez contacter en cas de besoin. Il est possible de faire appel à une agence de transport privé pour faciliter vos déplacements sanitaires.

Effectuer des recherches via des annuaires de journaux ou encore dans les Pages jaunes est également une option. Avec ceux-ci, vous pouvez découvrir des agences de taxis conventionnés très connues et fiables. Même dans la rue, il est possible de dénicher ce genre de véhicule, mais l’idéal est de prendre contact avec le chauffeur quelques jours avant le rendez-vous médical.

Et pour cela, il n’y a rien de plus efficace qu’Internet. Cet outil vous permet de choisir la meilleure agence de taxis conventionnés dans votre ville. Il vous facilite les recherches si vous avez des besoins spécifiques. Ces véhicules sont en effet censés faciliter les déplacements des malades, mais tous ne peuvent pas forcément transporter une personne handicapée. En fonction de vos besoins, vous devez vous informer si le taxi dispose d’équipements médicaux, d’une climatisation ou encore de sièges moelleux. Internet vous offre plus de détails sur les tarifs des taxis conventionnés dans votre région. Calculés à l’aide d’un taximètre, ceux-ci varient d’un département à l’autre.

Que faut-il savoir sur les frais du taxi conventionné ?

Les frais de votre taxi conventionné sont pris en charge partiellement, à 65 %, ou totalement par l’Assurance maladie. C’est le chauffeur qui établit votre facture. À noter que le taux de 65 % est la base proposée par la Sécurité sociale. Il faut savoir que l’Assurance maladie s’assure que le taxi vous a transporté de chez vous jusqu’à l’hôpital ou la clinique la plus proche de chez vous. Dans ce cas, si vous avez été admis dans un autre centre de soin, le reste à payer est à votre charge. Autrement dit, on ne vous rembourse que le frais qui correspond à la distance entre votre lieu d’habitation et le centre de soin le plus proche de chez vous.

Qu’en est-il du remboursement des frais ?

Pour demander le remboursement auprès de la CPAM, vous devez lui envoyer la facture du taxi et la prescription médicale. Pour une distance de plus de 150 km ou une série de quatre déplacements à plus de 50 km en moins de deux mois, il faut un document certifiant que vous avez l’accord préalable de l’Assurance maladie. Au moment de la demande de remboursement, vous devez donc joindre celle-ci avec les deux autres documents précités. Si vous avez une mutuelle santé, vous pouvez vous exempter de la totalité de vos frais de taxi conventionné. En effet, elle va payer les 35 % restants.

Par ailleurs, certains chauffeurs de taxi conventionné ne vous demanderont pas d’avancer vos frais. Ils se rendent eux-mêmes à la CPAM afin de percevoir les frais de votre déplacement à bord de votre véhicule. Souvent, ils proposent cette démarche aux personnes à mobilité réduite ou à celles qui bénéficient d’un remboursement à 100 % de leurs frais de transport sanitaire.

En 2017, le remboursement des frais de taxis conventionnés destinés aux malades et aux patients à mobilité réduite a coûté 1,86 milliard d’euros à l’Assurance maladie. Ils représentaient 40 % de son budget.

Le taxi conventionné fait partie des transports assis professionnalisés ou TAP. Il doit être contacté uniquement dans le cadre du transport sanitaire sinon, il n’y aura aucun remboursement de la part de l’Assurance maladie.

Category: Bon à savoir